Souliers de sable


  • Auteure : Suzanne Lebeau
  • Interprétation : Emilie Cadiou, Olivier Leuckx
  • Créateur lumières : Elie Lorier
  • Spectacle jeune public d’environ 45 mn
  • Télécharger le dossier

Élise et Léo, repliés sur eux-mêmes dans leur petit intérieur douillet, sont effrayés par l’extérieur. Mais des souliers intenables les entraînent dans une folle aventure : Le Grand Livre du dehors sous le bras, Élise part à la poursuite de Léo, lui même à la poursuite des souliers… Au fil de leur escapade, le monde s’ouvre à eux et dévoile ses trésors…


Suzanne Lebeau s’adresse avec malice aux petits pour révéler ce qui se cache derrière leurs peurs. Elle permet ici aux plus grands d’interroger la place des enfants dans un monde obsédé par la sécurité…

Le sable, qui file entre les doigts, symbole du temps qui passe..

Les souliers en un mouvement inexorable, qui les fait marcher sur des chemins, ceux des enfants qui grandissent et qui s’émancipent en empruntant les leurs…

Emprunter son chemin c’est aussi le tracer… Devenir soi-même, et toujours rester en devenir… Gravir des montagnes, parfois traverser des déserts, parcourir le monde. Découvrir l’inconnu.

 » Je repense souvent à mon enfance… à ses grandes joies, à ses grandes peines, à ses moments de gloire où la peur et l’envie de la surmonter faisaient grandir. Tout dans mon enfance me semblait grand et cette grandeur m’appelait, m’attirait irrésistiblement vers l’inconnu, le neuf, le » ce qu’il y a à explorer ».

S. Lebeau

L’inconnu, terre de tous les dangers, mais c’est pourtant vers là qu’il nous faut avancer… Sortir de sa maison, prendre des risques, sortir de sa cage, de sa prison… Rester curieux, se risquer à la rencontre…

« L’être humain fait partie d’un tout que nous appelons l’Univers, qui demeure limité dans le temps et l’espace. Nous faisons l’expérience de nous-mêmes, avec nos pensées, nos sentiments, nos perceptions, comme si nous étions séparés du reste, dans une sorte d’ illusion d’optique de la conscience. Cette illusion est pour nous une prison. Nous construisons une réalité dans laquelle nous n’incluons, par le biais de nos perceptions, désirs et sentiments, que nous-mêmes et les êtres et les lieux qui nous sont proches. Notre tâche d’être humain est de nous libérer de cette prison en élargissant le cercle de notre compassion jusqu’à embrasser tous les êtres vivants et la nature entière dans toute sa beauté. La vraie valeur d’un être humain se mesure à la capacité qu’il a à se libérer de ses limites et à vivre la totalité, la valeur infinie, illimitée de l’Être. Si l’humanité veut survivre, une manière radicalement nouvelle d’être et de penser est nécessaire. »

Albert Einstein

« Les enfants sont toujours les explorateurs qui partent avec la certitude de découvrir et le sentiment que chaque découverte est un bonheur et une victoire »

S. Lebeau

Comment encourager ces découvertes ? Comment à la fois apporter aux enfants amour et protection, tout en leur permettant de construire leur autonomie?… Ne pas empêcher les enfants de courir… même si « Celui qui court tombe.  » Pour l’ adulte, sans doute savoir peu à peu s’effacer…

Quand tu aimes il faut partir
Quitte ta femme quitte ton enfant
Quitte ton ami quitte ton amie
Quitte ton amante quitte ton amant
Quand tu aimes il faut partir

Le monde est plein de nègres et de négresses
Des femmes des hommes des hommes des femmes
Regarde les beaux magasins
Ce fiacre cet homme cette femme ce fiacre
Et toutes les belles marchandises



II y a l’air il y a le vent
Les montagnes l’eau le ciel la terre
Les enfants les animaux
Les plantes et le charbon de terre
Apprends à vendre à acheter à revendre
Donne prends donne prends

Quand tu aimes il faut savoir
Chanter courir manger boire
Siffler
Et apprendre à travailler

Quand tu aimes il faut partir
Ne larmoie pas en souriant
Ne te niche pas entre deux seins
Respire marche pars va-t’en

(…)Le monde entier est toujours là

La vie pleine de choses surprenantes(…)
(Blaise Cendrars)


Il y a eu en janvier et février 2020 une première étape de ce travail autour de Suzanne Lebeau, en collaboration avec l’ADDA et la BDP du Lot, par la création de « Chemins de sable », une forme courte jouée dans les bibliothèques de Cajarc, Assier, Souillac et Biars .

Il y a eu au même moment le plaisir d’une rencontre lumineuse avec Suzanne Lebeau, lors d’un colloque à Figeac

Un premier voyage dans l’écriture… Rencontrer les personnages, Rêver. Ne garder du texte qu’ une trace. Faire la tentative d’inventer une musique pour dire le reste…

Après cette première étape de création, malheureusement suivie de 6 dates annulée en Juin 2020 (Théâtre de l’Usine à St Céré,Espace Mitterrand à Figeac et Théâtre de Cahors), l’envie est née de reprendre ce travail en 2021, de l’étoffer, en approfondissant la dimension musicale et en développant notamment la dimension visuelle…

Passer d’un duo à un trio, et d’une forme courte de 20 mn à un véritable spectacle jeune public d’environ 45 mn …